practice #36: schnuppofsky

practice #3: schnuppofsky
4 scents, 4 sounds

saturday, june 22nd, 4pm
never apart
7049 saint-urbain
we would like all guests to be able to participate, so pls arrive on time. seating is limited and first come, first served.
free

[le français suit]

4 scents 4 sounds by Schnuppofsky explores the union of scent and sound as frequencies, as gateways to memories, as resources for healing by drawing on the therapeutic and olfactory properties of essential oils.

We invite you to this 60 minute guided sound meditation accompanied by a set of therapeutic essential oils using an oil diffuser. The first part of the session is comprised of a short introduction into the properties of essential oils, then listeners may lie down, close their eyes while their 6th sense is stimulated. The music specifically prepared to complement the oils guides them through the next 50 minutes. In the end everyone can look at, smell and try out the oils.

Free entry.

**Please inform us if you have any allergies to needle trees or other plants.**

• ABOUT SCHNUPPOFSKY •

In Schnuppofsky’s musical compositions, organic sounds merge with thick, dark drones, combining native and classical instruments with field recordings. The emerging soundscapes make audible tensions between the opposing forces in nature: the calm before a storm, the comforting forest sounds juxtaposed to low, rumbling underwater frequencies and the expanded, floating sounds of distant sea- and land creatures’ whistles pervading the human heartbeat.

Her artistic practice consists of playing and recording instruments, then synthesizing these audio tracks into pads and improvising/composing. Recent compositions have been strongly influenced by rare instruments such as overtone harps, which she had the chance to record a private collection of custom made harps this winter in Austria.

As a trained flute player, for her live performances, she likes to layer recorded sounds on top of custom made atmospheric pads and flute improvisation to achieve organic, deep and natural soundscapes.

Listen to her music here: https://soundcloud.com/schnuppofsky

“Essential oils have the highest frequencies of any measured natural substance. Pure grade essential oils range in frequency from 52 to 580 MHz (latest finding with Idaho Blue Spruce). A healthy body, from head to foot, typically has a frequency ranging from 62 to 78 MHz, while disease begins at 57 MHz.”

“Two New York researchers, Daniel Wesson and Donald Wilson, were confronted with this fact when they began investigating an “enigmatic” area of the brain known as the olfactory tubercle. Originally, they only intended to measure how olfactory tubercle cells in mice responded to smell. But during testing, Wesson noticed that every time he clunked his coffee mug down next to the experiment, the mouse cells jumped in activity. In fact, the olfactory tubercle is physiologically well-placed to receive both smell and sound information from the outside world; and so Wesson and Wilson broadened their investigation.

They found that among individual cells, most responded to odour but a significant number were also active when a tone was played. Some cells even behaved differently when smell and sound were presented together, by either increasing or suppressing their activity. As Wesson and Wilson point out, there may be some evolutionary sense behind the phenomenon – the sound of movement accompanied by an unfamiliar smell could alert you to the presence of a predator.”

“While extant research suggests that olfactory and musical stimuli can influence individuals’ perceptions and behaviors, the combined or interactive effects of these environmental cues is not well understood. Using stimuli associated with the Christmas holiday season, this research explores the joint effects of ambient scent and music on consumers’ evaluations of a store, its environment and offered merchandise. A 2 (no scent vs. Christmas scent)×2 (non-Christmas music vs. Christmas music) experimental design was implemented in a mock retail store. Results indicate that the effects of adding an ambient Christmas scent are moderated by the nature of the background music. In particular, consumers’ evaluations are more favorable when the Christmas scent is in the presence of Christmas music. The presence of the Christmas scent with non-Christmas music, however, lowers evaluations. Results and implications of the findings are discussed with regard to retail practice and environmental psychology.”

• • •

We would like to acknowledge that the land on which we gather for this event is located on unceded Indigenous lands. The Kanien’kehá:ka Nation is recognized as the custodians of the lands and waters on which we gather today. Tiohtiá:ke/Montreal is historically known as a gathering place for many First Nations. Today, it is home to a diverse population of Indigenous and other peoples. We respect the continued connections with the past, present and future in our ongoing relationships with Indigenous and other peoples within the Montreal community.

• • FR • •

4 Senteurs 4 sons de Schnuppofsky explore l’union du son et des senteurs comme fréquences, comme portes d’accès à la mémoire, comme ressources pour la guérison en puisant dans les propriétés thérapeutiques et olfactives des huiles essentielles.

Nous vous invitons à cette méditation sonore guidée de 60 minutes accompagnée d’un assortiment d’huiles essentielles thérapeutiques à l’aide d’un diffuseur d’huile. La première partie de la séance consiste en une brève introduction aux propriétés des huiles essentielles, puis les participants peuvent se coucher, fermer les yeux et stimuler leur sixième sens. La musique spécialement préparée pour compléter les huiles les guide pendant les 50 minutes suivantes. À la fin, tout le monde peut regarder, sentir et essayer les huiles.

Entrée libre.

**Veuillez nous informer si vous avez des allergies aux aiguilles d’arbres ou autres plantes.

• À PROPOS DE SCHNUPPOFSKY •

Dans les compositions musicales de Schnuppofsky, les sons organiques se mêlent à des bourdons épais et sombres, combinant instruments autochtones et classiques avec des enregistrements sur le terrain. Les paysages sonores qui émergent rendent audibles les tensions entre les forces opposées de la nature : le calme avant une tempête, les sons réconfortants de la forêt juxtaposés à des fréquences sous-marines basses et grondantes et les sons étendus et flottants des sifflets des créatures marines et terrestres qui envahissent le cœur humain.

Sa pratique artistique consiste à jouer et à enregistrer des instruments, puis à synthétiser ces pistes audio en pads et à improviser/composer. Ses compositions récentes ont été fortement influencées par des instruments rares comme les harpes harmoniques, qu’elle a eu la chance d’enregistrer cet hiver en Autriche dans une collection privée de harpes faites sur mesure.

En tant que flûtiste de formation, elle aime superposer des sons enregistrés à des pads atmosphériques et des improvisations pour créer des paysages sonores organiques, profonds et naturels pour ses concerts.

Ecoutez sa musique ici : https://soundcloud.com/schnuppofsky

“Les huiles essentielles ont les fréquences les plus élevées de toutes les substances naturelles mesurées. La fréquence des huiles essentielles pures varie de 52 à 580 MHz (dernière découverte avec l’épinette bleue de l’Idaho). Un corps sain, de la tête aux pieds, a généralement une fréquence allant de 62 à 78 MHz, tandis que la maladie commence à 57 MHz.”

“Deux chercheurs new-yorkais, Daniel Wesson et Donald Wilson, ont été confrontés à ce fait lorsqu’ils ont commencé à étudier une région “énigmatique” du cerveau connue sous le nom de tubercule olfactif. A l’origine, ils ne visaient qu’à mesurer la réponse olfactive des cellules tuberculeuses chez la souris à l’odeur. Mais pendant les tests, Wesson a remarqué qu’à chaque fois qu’il cognait sa tasse de café à côté de l’expérience, les cellules de la souris sautaient en activité. En fait, le tubercule olfactive est physiologiquement bien placé pour recevoir des informations olfactives et sonores du monde extérieur ; Wesson et Wilson ont donc élargi leur enquête.

Ils ont constaté que, parmi les cellules individuelles, la plupart réagissaient à l’odeur, mais qu’un nombre important d’entre elles étaient également actives lorsqu’une tonalité était émise. Certaines cellules se comportaient même différemment lorsque l’odeur et le son étaient présentés ensemble, soit en augmentant ou en supprimant leur activité. Comme le soulignent Wesson et Wilson, il y a peut-être un sens de l’évolution derrière le phénomène – le bruit du mouvement accompagné d’une odeur inconnue pourrait vous alerter de la présence d’un prédateur.”

“Bien que des recherches existantes suggèrent que les stimuli olfactifs et musicaux peuvent influencer les perceptions et les comportements des individus, les effets combinés ou interactifs de ces repères environnementaux ne sont pas bien compris. À l’aide de stimuli associés à la période des Fêtes, cette recherche explore les effets conjoints du parfum ambiant et de la musique sur l’évaluation d’un magasin, de son environnement et des marchandises offertes par les consommateurs. Un modèle expérimental 2 (sans parfum vs. parfum de Noël)×2 (musique autre que de Noël vs. musique de Noël) a été mis en œuvre dans un magasin de détail fictif. Les résultats indiquent que les effets de l’ajout d’une odeur de Noël ambiante sont modérés par la nature de la musique de fond. En particulier, les évaluations des consommateurs sont plus favorables lorsque le parfum de Noël est en présence de musique de Noël. La présence de l’odeur de Noël avec de la musique autre que de Noël, cependant, diminue les évaluations. Les résultats et les implications des résultats sont discutés en ce qui concerne la pratique de la vente au détail et la psychologie de l’environnement.”

• • •

Nous reconnaissons que la terre sur laquelle nous nous réunissions pour cet évènement est située en territoire autochtone, lequel n’a jamais été cédé. Nous reconnaissons la nation Kanien’kehá: ka comme gardienne des terres et des eaux sur lesquelles nous nous réunissons aujourd’hui. Tiohtiá: ke / Montréal est historiquement connu comme un lieu de rassemblement pour de nombreuses Premières Nations, et aujourd’hui, une population autochtone diversifiée, ainsi que d’autres peuples, y résident. C’est dans le respect des liens avec le passé, le présent et l’avenir que nous reconnaissons les relations continues entre les Peuples Autochtones et autres personnes de la communauté montréalaise.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *